subscribe

Search a post

24 March 2019

You Can Change The Narrative


Narrative 
nar·​ra·​tive |  \ ˈner-ə-tiv  ˈna-rə-\


Il y a quelques jours je regardais sur Youtube la vidéo “One on one with Naomi Campbell” qui a été tournée pendant le sommet des figures féminines organisé par Forbes Woman Africa. Naomi Campbell comme on le sait tous est une supermodel, actrice et philanthrope qu’on ne présente plus. Depuis quelques années, elle utilise sa notoriété pour tourner les regards vers le continent africain et pousser notamment le monde de la mode à investir en Afrique. En 2017, Naomi déclarait que “l’Afrique n’a jamais eu l’opportunité d’être sur le devant de la scène et d’avoir ses textiles, ses matériaux et ses créations acceptés sur la plateforme mondiale et ça ne devrait pas être le cas” et avait meme insisté sur le fait qu’il devrait y avoir un Vogue Africa, particulièrement après le lancement du Vogue Arabia.


Dans l’article d’aujourd’hui je vais aborder un sujet qui me tient énormément à a coeur et que Naomi a soulevé durant le sommet organisé par Forbes Woman Africa. “It’s up to you to change the narrative of this continent in order to get the same opportunities as other continents” que l’on peut traduire comme “C’est a vous de changer le narratif de ce continent (Afrique) dans le but qu'il décroche les memes opportunités que les autres continents”. Faisons une pause d’une minute et demandez-vous svp ce que cette phrase vous inspire..



Ce n’est pas nouveau que le portrait qui est peint de l’Afrique par les médias occidentaux n’est pas le plus flatteur, mais au contraire très dégradant. Violences, famine, pauvreté et insalubrité sont vendus comme des petits pains lorsqu’il s’agit de l’Afrique, et bien qu’effectivement, le continent souffre de ces problèmes, ceux-ci ne le définissent pas. Si vous avez eu la chance d’aller en Afrique noire dans votre vie, vous avez sûrement été étonné de découvrir à votre arrivée des villes avec des buildings, des routes, des femmes coquettes et apprêtées et non soumises mais aussi des lieux culturels vivants et bondés. 

Etant donné qu'il n’est apparemment pas possible de compter sur les médias ‘classiques’ pour dépeindre l’Afrique telle qu’est réellement ni sur le programme scolaire d’histoire, c’est à nous, utilisateurs des réseaux sociaux, qui partageons des images d’ici et d’ailleurs et qui avons une voix à faire entendre, de faire changer la perception de ce beau continent et de faire découvrir ce dont il est capable. Car c’est aussi la beauté d’Internet que de nous permettre de reprendre le pouvoir sur le récit et d’y contribuer de façon positive. Que ce soit en terme de musique, de mode ou de culture en général, nous avons la possibilité de partager avec l’aide d’un simple clic la réalité africaine. Eduquez votre entourage, éduquez vos amis et vos collègues. Partagez les clichés non pas seulement des safaris tanzaniens et sud-africains mais également de nos belles villes africaines, des clichés de nos festivités, de nos repas traditionnels et de notre sens de la mode calqués par certains des plus grands designers européens (qui se font une fortune sur l’exploitation de ces derniers). Nos textiles, nos bijoux et nos coutumes méritent une visibilité. Nos marques et nos entrepreneurs également. Et nous pouvons la leur donner.




Il y a quelques années, après un voyage de 2 semaines au Mali je m’étais déjà donné comme mission de dépeindre l’Afrique comme je la voyais: rayonnante et pleine de vie. J’avais d’ailleurs partagé une série d’article a l’époque sur ce blog et posté une série de clichés sur Instagram. 5 ans et un bébé plus tard, me voila  plus passionnée que jamais par le continuent africain car au de la même de mes amis et/ou followers a qui je peut apprendre des choses sur l’Afrique, j’ai maintenant le devoir de le faire avec mon fils. Non, je ne laisserais pas mon fils penser que l’histoire de l’Afrique commence au moment de l’esclavage et s’arrête au moment de la décolonisation. Je lui parlerais des different empires présents auparavant sur le continent -particulièrement de l’empire du Mali, je lui montrerais les différentes formes d’art que l’on peut trouver en Afrique et je lui expliquerais tant bien que mal les raisons pour lesquelles le continent peut être l'avenir. Parce que changer le narratif du continent commence par nous et les générations qui nous suivent. 


C’est donc sur ces quelques mots prononcés par Naomi Campbell que je vais clôturer l’article du jour : “My passion and drive is to see this continent of Africa be as great as it should be” en espérant qu'il vous inspire une chose ou deux.







 

To support Africa’s growing economy, Atelier Lemounou’s mudcloth fabrics are entirely created in Mali by families of craftmen that are carrying on the traditions of making the bogolanfini. Join us on our e-shop.


No comments:

Post a Comment

Connect with me

Back to Top